Semaine 2 – Google traduit et tu meurs de rire!

Ingrid a trouve le temps d’écrire , moi non. Tu parles, c’est un travail épuisant d’être un retraité en voyage. Alors je me suis dit, tu vas faire traduire le texte d’Ingrid par Google. Alors là tu rigoles. Bon je vous le mettrai  à la fin pour que vous vous amusiez un peu!

Nous avons eu froid. C’est un peu normal, car quand tu montes à 4500 mètres, tu ne peux pas t’attendre à avoir 30 degrés à l’ombre. Mais pour y arriver, cela a été un peu délicat. Il y avait deux routes, une plus courte par la montagne et une plus longue avec des routes certainement meilleures. Nous n’avons bien entendu pas demandé aux locaux! D’abord il y a eu de la grêle, puis de la pluie. Jusque là rien de grave sauf que la route est devenue de la piste et en construction!

A un moment il y avait écrit: Peligroso = Danger. Je me suis arrêté en hésitant à m’engager. Mais en voyant deux 4×4 Toyota derrière moi, je me suis dit que si j’étais bloqué, on m’aiderait. Bien joué petit! Presque embourbé. Il y en a un qui a pris le volant et c’était reparti…..Ouf! Je rigole maintenant, mais je l’ai échappé belle.

Sinon que dire? Les villes ou villages sont laids. Cela tient au fait que les habitants n’ont pas les moyens et ne finissent presque jamais l’extérieur. Par contre les paysages sont exceptionels. Les habitants ont presque déboisés toutes les montagnes et cultivent partout, et sur des pentes inimaginables. Cuenca est une belle ville.

En plus, il y a des lamas, qui ne crachent pas et des bus qui déboulent à tombeau ouvert!

Dans les hôtels, nous avons faits des rencontres suprenantes, par exemple un allemand de 71 ans qui allait faire une ascension à  6000 mètres, un anglais de 42 ans qui a tout vendu et va recommencer sa vie, il ne sait pas encore comment, une jeune d’Afrique du Sud qui a un CV similaire, deux couples que nous  avons retrouvés dans une autre ville…

Voilà pour aujourdh’hui. Je suis dans un café internet. C’est de nouveau calme, mais pendant la pause les écoliers (entre 8 et 14 ans) viennent jouer sur l’ordi à  des jeux de guerre ou autre. Comme en Europe!

Le jour où je pourrai (Connection rapide) j’esserai de mettre des photos.

Philippe

 

 

Si quelqu’un comprend, ce serait sympa qu’il le traduise. Vive Google! Amusez-vous bien! sinon le texte en Allemand est plus facile à lire…pour ceux qui comprennent!

… A été eisekalt et essoufflé (be) consommer. Les deux ont en raison du paysage et des hauteurs, à travers notre itinéraire nous a apporté.

Mais dès le début: pour une bonne semaine, nous avons un petit tacot loué sur l’Equateur pas toujours magnifiques routes. Si puis de fortes pluies et des tempêtes de grêle se produisent, il peut parfois arriver que vous êtes coincé dans la boue et doivent traverser des torrents dans les rues, sans savoir s’il n’y a même pas un énorme nid de poule ou même une partie de la route a été emporté. Bon, nous avons survécu, et Philippe est un très bon conducteur qui (presque toujours) les réserves de repos.

Nous étions sur la « Avenue des Volcans » sur la route, toujours à des altitudes comprises entre 3000 et jusqu’à 4400 mètres. Des paysages grandioses, des pics enneigés, des kilomètres vues lointaines de vallées profondes, courbes sans fin, des paysages lunaires volcaniques avec presque pas de végétation, et … lamas! Alors puschelig et obercool grignoter les lames de culture peu d’herbe et de voir ce bien nourri et bien chaud et bondé.

Notre chaleur vient en partie de la traiter dans les hôtels bouteilles d’eau chaude (!), Que nous avons beaucoup apprécié. Certains jours, j’ai mon acquis pour les vêtements Feuerland portés en plusieurs couches. On dit qu’il était très mauvais temps pour nos conditions climatiques. Eh bien, nous aimerions avoir renoncé.

Le montant indiqué avec moi remarqué par le fait que je me suis soudain, par exemple, déjà obtenu le chaussures de serrage à bout de souffle, a eu peu d’appétit et toujours un léger mal de tête. Nous avons tout essayé: gallons de thé de coca, coca bonbons à la garde, globules homéopathiques, que nous avions à titre de précaution déjà apporté de l’Europe. La moitié de tout nix. Jusque-là, moi une personne sympathique conseillé, mais vous interrompre un comprimé de maux de tête. Voilà! Et quand l’air est à nouveau battu: il suffit de basculer vers le bas un engrenage et prendre les choses à votre guise. Pouvons-nous maintenant oui, nous la retraite!

2 comments on “Semaine 2 – Google traduit et tu meurs de rire!

  • Trop cute ces lamas – et trop fort Google Translate! J’ai encore pas mal d’années oú je dois pas trop m’inquiéter pour mon job!
    Vos vidéos sont superbes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *